lundi 22 octobre 2007

poème

On frappe

Qui est là
Personne
C'est simplement mon coeur qui bat
Qui bat très fort
A cause de toi
Mais dehors
La petite main de bronze sur la porte de bois
Ne bouge pas
Ne remue pas
Ne remue pas seulement le petit bout du doigt



Le lézard
Le lézard de l'amour
S'est enfui encore une fois
Et m'a laissé sa queue entre les doigts
C'est bien fait
J'avais voulu le garder pour moi

Ces deux poèmes sont de Jacques Prévert

5 commentaires:

  1. j'ai l'impression que tu es bien nostalgique aujourd'hui. me trompe-je... si c'est le cas, de grosses pensées reconfortantes vont vers toi.

    RépondreSupprimer
  2. je les trouve jolis ces petits poèmes mais c'est vrai qu'ils ne sont pas très gais

    RépondreSupprimer
  3. J'adore Jacques Prévert

    RépondreSupprimer
  4. Très jolis ces poèmes , je ne les connaissais pas !

    RépondreSupprimer